Télégraphe Optique (Système Sémaphore)

Le Télégraphe Optique Sémaphore a été inventé par les frères Chappe en France en 1792. Claude Chappe, l’inventeur principal, a d’abord appelé cet appareil un tachygraphe,  » ce qui écrit vite. »Il a finalement été rebaptisé télégraphe, « celui qui écrit à distance » par l’armée française, qui a utilisé le système télégraphique Sémaphore pour la coordination au combat. L’histoire étymologique de cette technologie suggère qu’elle a permis des percées majeures à la fois en termes de vitesse et de portée géographique pour les messages courts, longue distance et textuels.

Le système télégraphique sémaphore était composé de tours qui avaient chacune deux bras reliés par un bras transversal et commandés par des poulies et des roues. L’opérateur du télégraphe sémaphore relaierait les messages en ajustant physiquement les positions des bras. Les positions des bras ont été décodées et transcrites en texte par l’opérateur de la tour suivante qui a utilisé un télescope et un livre de codes du système Sémaphore. L’opérateur répéterait ensuite ce processus pour relayer le message à la tour suivante. Les messages pouvaient être relayés de tour en tour jusqu’à ce qu’ils atteignent leur destination finale. Comme il s’agissait d’une technologie intrinsèquement visuelle, les tours étaient distantes d’environ 25 km les unes des autres afin de maintenir la ligne de visée.

Le télégraphe Sémaphore a été le premier système mécanique de communication longue distance à être inventé. Il était largement utilisé jusqu’au milieu du XIXe siècle en France et, à son apogée, « comprenait 534 stations couvrant plus de 5 000 km » (Schofield, 2013). Ce système a réduit le temps nécessaire pour envoyer un message de Paris aux frontières du pays de trois à quatre jours à trois à quatre heures (Schofield, 2013). D’autres pays comme la Suède, le Royaume-Uni et l’Espagne ont développé de vastes réseaux, utilisant parfois des mécanismes et des codes de signalisation alternatifs mais suivant le même principe (Villar-Ribera, 2011).

La proéminence du système sémaphore a été de courte durée. En 1846, la France a commencé à remplacer le système télégraphique Sémaphore par le Télégraphe électrique. En 1852, le télégraphe Sémaphore n’était plus utilisé. Son entretien était coûteux, nécessitait un travail manuel intense et reposait sur trop de facteurs qui ne pouvaient être contrôlés. Ceux-ci incluent la lumière du jour et le beau temps. (de plus, les messages n’étaient ni sécurisés ni privés, car ils étaient exposés au public dans des endroits nécessairement très visibles. Malgré sa disparition relativement rapide, l’impact du télégraphe Sémaphore est encore visible aujourd’hui. Des réseaux physiques et donc permanents ont été mis en place reliant les grandes villes ainsi que les zones rurales, ce qui, grâce à la transmission rapide de messages urgents, a permis des expériences nationales collectives. Des messages historiques comme la victoire militaire française au Quesnoy en 1794 et la nouvelle du succès de Napoléon à s’emparer du pouvoir en 1799 ont été relayés par les réseaux télégraphiques Sémaphores (Flichy, 1993).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.