L’utilisation d’antagonistes périphériques des récepteurs μ–opioïdes (PAMORA) dans la prise en charge de la constipation induite par les opioïdes: Une mise à jour sur leur efficacité et leur innocuité

TY-JOUR

T1 – L’utilisation d’antagonistes périphériques des récepteurs μ-opioïdes (PAMORA) constipation induite par les opioïdes

T2 – Une mise à jour sur leur efficacité et leur innocuité

AU-Pergolizzi, Joseph V.

AU-Christo, Paul J.

AU-Lequang, Jo Ann

AU-Magnusson, Peter

N1 – Informations sur le financement: JVP Jr est consultant / conférencier ou chercheur pour Astra-Zeneca, US World Meds, BDSI, Salix, Enalare, Scilex et Neumentum et est directeur chez Native Cardio. Il rapporte également des honoraires personnels de BDSI, lors de la conduite de l’étude; des subventions et / ou des honoraires personnels de Salix et Astra Zeneca, en dehors du travail soumis. PJC siège au conseil consultatif de GlaxoSmithKline, Consumer Healthcare et est consultant pour Daichii Sankyo. Il rapporte également des honoraires personnels de GlaxoSmithKline, Daiichi Sankyo et BTG, assistés dans le travail médiatique pour Algiatry, en dehors du travail soumis. Le PM a reçu des honoraires ou des subventions de conférenciers d’Abbott, Alylam, Bayer, AstraZeneca, BMS, Boeringer-Ingelheim, Internetmedicine AB, Lilly, Novo Nordsik, Octupus Medical, Orion Pharma, Pfizer et Vifor Pharma. Les auteurs ne signalent aucun autre conflit d’intérêts dans ce travail.

PY-2020

Y1-2020

Les antagonistes des récepteurs μ-opioïdes à action périphérique N2 (PAMORAs) constituent une classe de médicaments qui inversent la constipation induite par les opioïdes (OCI) avec des effets analgésiques opioïdes similaires. L’OCI diffère des autres formes de constipation en ce sens qu’il s’agit d’une affection iatrogène qui survient lorsqu’un opioïde agit sur le réseau dense de récepteurs μ-opioïdes dans le système entérique, qui affectent diverses fonctions, notamment la motilité gastro-intestinale, la sécrétion et d’autres facteurs pouvant provoquer un dysfonctionnement intestinal. Malheureusement, les produits laxatifs, les régimes intestinaux, les changements alimentaires et les modifications du mode de vie ont une efficacité limitée dans la prévention de l’OCI, un effet indésirable associé aux opioïdes qui survient chez 40% à 80% des patients opioïdes et peut entraîner l’arrêt du traitement. Les PAMORAs sont des antagonistes opioïdes des récepteurs μ spécifiquement développés de sorte qu’ils ont une capacité très limitée à traverser la barrière hémato-encéphalique et qu’ils sont donc capables d’antagoniser les récepteurs μ-opioïdes périphériques mais pas centraux. Les PAMORAs sont conçus pour n’avoir aucun effet sur les bienfaits analgésiques des analgésiques opioïdes, mais pour soulager mais antagoniser les effets de l’opioïde dans le système gastro-intestinal. Les trois PAMORAS principaux sont la méthyl-trexone (orale ou parentérale), la naldémédine (orale uniquement) et le naloxégol (orale uniquement). Des études cliniques démontrent l’innocuité et l’efficacité de ces agents pour soulager la constipation sans diminuer l’effet analgésique du traitement aux opioïdes. L’objectif de cet examen narratif est de mettre à jour l’état actuel des PAMORAs pour le traitement de l’OCI en termes d’innocuité et d’efficacité.

Les antagonistes des récepteurs μ-opioïdes à action périphérique AB (PAMORAs) constituent une classe de médicaments qui inversent la constipation induite par les opioïdes (OCI) avec des effets analgésiques opioïdes similaires. L’OCI diffère des autres formes de constipation en ce sens qu’il s’agit d’une affection iatrogène qui survient lorsqu’un opioïde agit sur le réseau dense de récepteurs μ-opioïdes dans le système entérique, qui affectent diverses fonctions, notamment la motilité gastro-intestinale, la sécrétion et d’autres facteurs pouvant provoquer un dysfonctionnement intestinal. Malheureusement, les produits laxatifs, les régimes intestinaux, les changements alimentaires et les modifications du mode de vie ont une efficacité limitée dans la prévention de l’OCI, un effet indésirable associé aux opioïdes qui survient chez 40% à 80% des patients opioïdes et peut entraîner l’arrêt du traitement. Les PAMORAs sont des antagonistes opioïdes des récepteurs μ spécifiquement développés de sorte qu’ils ont une capacité très limitée à traverser la barrière hémato-encéphalique et qu’ils sont donc capables d’antagoniser les récepteurs μ-opioïdes périphériques mais pas centraux. Les PAMORAs sont conçus pour n’avoir aucun effet sur les bienfaits analgésiques des analgésiques opioïdes, mais pour soulager mais antagoniser les effets de l’opioïde dans le système gastro-intestinal. Les trois PAMORAS principaux sont la méthyl-trexone (orale ou parentérale), la naldémédine (orale uniquement) et le naloxégol (orale uniquement). Des études cliniques démontrent l’innocuité et l’efficacité de ces agents pour soulager la constipation sans diminuer l’effet analgésique du traitement aux opioïdes. L’objectif de cet examen narratif est de mettre à jour l’état actuel des PAMORAs pour le traitement de l’OCI en termes d’innocuité et d’efficacité.

KW – Constipation

KW – Methylnaltrexone

KW – Naldemedine

KW – Naloxegol

KW – Opioid antagonism

KW – Opioid-associated bowel disorder

KW – Opioid-associated side effects

KW – Pain

UR – http://www.scopus.com/inward/record.url?scp=85081545134&partnerID=8YFLogxK

UR – http://www.scopus.com/inward/citedby.url?scp=85081545134&partnerID=8YFLogxK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.