Juste un petit groupe de joueurs sans visière restant dans la LNH

La Presse canadienne 5 octobre 2017, 12h10

Le défenseur de TORONTO—Vancouver Erik Gudbranson fait partie d’un groupe de joueurs en déclin dans la LNH qui choisit toujours de jouer sans visière.

Pas même un os orbital cassé dans sa deuxième saison n’a pu le convaincre de commencer à en porter un.

 » J’ai reçu une rondelle au visage et je l’ai remise. J’ai donc une plaque de métal qui le tient ensemble maintenant. Certainement un moment « Oh (merde) », a déclaré Gudbranson.

« Je sais que c’est stupide de ne pas le porter. Je serai le premier à te dire que c’est stupide. Honnêtement, ça l’est. Je n’ai pas de bonne explication pour expliquer pourquoi je ne le porte pas (autre que) c’est une chose de confort. »

Selon les listes remises par les 31 équipes à la date limite de mardi, seulement 34 des 640 patineurs inscrits pour la saison 2017-18 joueront sans bouclier protecteur.

Cela signifie que 94 pour cent des joueurs de la LNH en portent maintenant un, une augmentation par rapport aux 73 pour cent qui les portaient il y a seulement quatre ans avant que la ligue ne les rende obligatoires à compter de la saison 2013-2014.

La LNH et l’Association des joueurs de la LNH ont convenu à l’été 2013 que les joueurs ayant moins de 26 matchs d’expérience devraient jouer avec un bouclier lorsqu’ils atteindront la ligue — comme ils l’ont fait avec un casque en 1979. Il a fallu 18 ans pour que chaque joueur de la ligue porte un casque. Le dernier joueur sans un, Craig MacTavish, a pris sa retraite en 1997.

La LNH a également commencé à sévir contre la façon dont un joueur porte sa visière, l’attaquant torontois Leo Komarov se voyant infliger une pénalité mineure pour violation d’équipement lors du match d’ouverture de la saison contre Winnipeg, mercredi. Les officiels, qui l’ont averti en pré-saison de le porter correctement, l’ont pénalisé pour l’avoir trop haut sur son casque.

 » Ils m’ont dit que c’était pour la sécurité. » A déclaré Komarov au camp d’entraînement.

Gudbranson a fait irruption dans la ligue en 2011 avec Florida portant une visière, mais a décidé de l’enlever, « parce que je suis un knucklehead et que je pensais que j’étais dur. »

À peu près tout le monde lui a dit d’en porter un.

« Ma mère va lire cet article et elle va me ratisser à travers les charbons », a-t-il déclaré. « Ma copine est sur moi à ce sujet, même mes frères et ma sœur sont sur moi à ce sujet. Je sais que je dois le faire.

« Quand je suis arrivé dans la ligue, même s’il n’y a pas si longtemps, c’était un peu différent. Beaucoup moins de gars portaient des visières à ce moment-là. Il y avait probablement 10 gars dans chaque équipe qui ne les portaient pas. »

Chaque joueur sans visière a sa raison, quel que soit le rôle qu’il joue.

Tanner Glass, de Calgary, est le seul joueur des Flames à ne pas porter de visière. Il joue de cette façon depuis 2007.

« Au grand dam de ma mère, cela restera comme ça je suppose », a déclaré la femme de 33 ans. « Je l’ai un peu porté dans les mineures l’année dernière et c’était bizarre. Je préfère ça.

« J’ai l’impression d’être plus dans le jeu. Sentez le vent dans votre visage. »

Zack Smith, d’Ottawa, a déclaré qu’un problème d’équipement à son premier camp d’entraînement en 2008 l’a aidé dans sa prise de décision. Il a joué près de 500 matchs sans un.

« Lors de mon premier camp de développement, j’ai eu mon équipement et je n’avais pas de visière. Je ne leur ai pas demandé de ne pas m’en donner un et il s’est avéré que j’étais le seul gars à ne pas en avoir un, alors c’était comme « qui est le nouveau gars sans visière? Il doit être très dur. »Mais pendant ce temps, j’avais peur, et puis je n’en ai jamais porté. »

L’attaquant de Winnipeg Shawn Matthias, qui en est à sa 11e saison dans la ligue, a commencé à s’entraîner avec une visière et compte la garder.

 » J’ai longtemps joué sans visière. J’ai pris des rondelles jusqu’aux sourcils, j’ai pris des bâtons haut, j’ai eu des appels rapprochés « , a déclaré Matthias.

 » Je vieillis maintenant, je vais avoir 30 ans cette saison. Mes priorités sont un peu différentes de ce que j’étais quand j’étais plus jeune. « C’est vraiment différent, mais je pense qu’à long terme, c’est beaucoup plus sûr. Maintenant, à ce stade de ma carrière, il s’agit de longévité et de jouer le plus longtemps possible. Je détesterais qu’il se passe quelque chose que j’aurais pu empêcher. »

En porter un a un prix, cependant.

« Ce n’est pas la même chose », a déclaré Matthias. « Vous avez une feuille de verre devant vos yeux. Il est embué, il est mouillé. C’est juste un peu frustrant. Personnellement, je préfère ne pas porter de visière. »

À 25 ans, Gudbranson est le plus jeune joueur de la ligue sans visière et pourrait potentiellement être le dernier à jouer dans la ligue sans visière. Zdeno Chara de Boston est le plus âgé du groupe à 40 ans alors que la majorité a plus de 30 ans.

« Il y a quelques gars autour », a déclaré Glass. « Je ne suis pas encore le Craig MacTavish. »

— Avec les dossiers de Joshua Clipperton à Vancouver, Donna Spencer à Calgary, Judy Owen à Winnipeg et Lisa Wallace à Ottawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.